RIAD HANNAOUI MOULAY IDRISS ZERHOUN

Fès

 

Fès

 

     Ville sainte au rayonnement infini, joyau de la civilisation hispano-arabe, Fès ne se livre pas au premier venu. Secrète, toute en demi-teintes, il faut la découvrir peu à peu, avec respect. Ainsi seulement les médersas vous dévoileront leurs splendeurs. Et vous pourrez alors céder à l'appel de la médina.

 

    Vibrante d'activité avec ses artisans et ses marchands, enivrante de bruits, d'odeurs et de couleurs, dans le tourbillon perpétuel d'une foule toujours plus dense, sa médina vous plonge dans un univers fabuleux hors du temps.

.

     La ville d'Idriss 2, fils d'Idriss 1er fondateur de Moulay Idriss Zerhoun, est le sanctuaire des sciences humaines et morales. La Grande université Karaouiyne continue depuis onze siècles de remplir sa mission de foyer religieux et intellectuel, et son rayonnement dépasse les frontières du Royaume.

 

     En 789, une pioche d'or et d'argent - "fas" en arabe- fut offerte à Idriss ler alors qu'il traçait les limites de la ville. D'où l'appellation de la cité lovée à l'extrémité orientale de la plaine du Saïss, bordée au sud par les premiers contreforts de l'Atlas. Berceau des traditions religieuses, culturelles et artistiques, la ville aux deux cités s'affirme comme la capitale spirituelle du Royaume.

 

     La mosquée des Andalous (IXème siècle , embellie par les souverains successifs, se voit fermée par une porte monumentale de cèdre sculpté. Un imposant minaret orné de faïences vertes surmonte la mosquée de Rsif. Les médersas avoisinantes de la mosquée Karaouiyne, où logeaient jadis les étudiants étrangers à la ville, témoignent de l'importance du passé de la cité millénaire.

 

     Dans la Médina, ensemble de ruelles en pente et souvent tortueuses, on découvre des centaines d'échoppes. C'est la fameuse Kissaria, c'est à dire le centre de commerce. Dans cet incroyable dédale, se vendent les produits locaux : cotonnades, soieries, brocarts, babouches, etc ...

 

     Les artisans du souk El Attarine offrent un spectacle ininterrompu. D'abord cet artisanat est régi par des corporations ancestrales, ce qui en fait l'une des richesses de la ville. Ensuite , chaque quartier a sa propre spécialité : poterie émaillée de bleu de cobalt, tapis, fer forgé. Exemple : le teinturier brasse les laines multicolores, le tanneur piétine à ciel ouvert les peaux que le maroquinier embellira de fines dorures pour la reliure des livres.

 

     En sortant des souks par la porte Boujeloud, au décor de faïence vert et bleu, se découvrent les richesses de l'exceptionnel Musée d'Art marocain. Dernier joyau : le Palais Jamaï, transformé en hôtel de luxe en 1930 et qui est un édifice d'une élégance incomparable, réputé pour la qualité de sa table.

 

 

 

 

10

 

retour à la page Ville de Moulay Idriss Zerhoun

 

 

Page d'accueil

 

P1070450__640x480_


 

outils webmaster


16/04/2008
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres